Question de connaissances

Rédigé par Aquideas Aucun commentaire
Classé dans : Formation Mots clés : aucun

     S’investir dans des études ou une formation spécialisée ne relève pas seulement de l’intérêt que l’on porte à un secteur particulier. Mais il fait suite à une instruction basique qui nous vient tout droit de l’école élémentaire et de l’enseignement secondaire (collège & lycée).

     Ainsi, à côté des notions reçues au début de l’éducation, il faut encore pouvoir apprendre des outils de traitement de l’information reçue. Ces outils sont essentiels pour pouvoir se défendre dans l’apprentissage plus tard à n’importe quel niveau. Pour en arriver là, il faut d’abord apprendre des éléments de base (dit fondamentaux) comme l’orthographe, la grammaire et le calcul élémentaire ou l’arithmétique. Sur cet acquis, on peut ensuite recevoir des matières plus élaborées comme la lecture, la poésie, l’histoire, la géographie, l’algèbre, la géométrie, la trigonométrie ou encore la physique, la chimie, les logarithmes, les intégrales, les probabilités, etc.

     L’éducation commune au niveau national passe par des connaissances simples, puis on en apprend d’autres plus complexes. C’est également le cas lorsqu’on quitte cette formation générale pour rentrer dans la spécialisation et lorsqu’on passe par tous les cycles dans l’enseignement supérieur.

     A toutes ces étapes, des acquis de première importance devraient cependant être enseignés pour aborder cette longue progression. Malheureusement, il faut reconnaître que ce type d’information est rarement incorporé aux programmes d’éducation, aussi bien académiques que formations courtes. Car c’’est bien d’apprendre à écrire et calculer, mais ne serait-il pas tout aussi intéressant d’y associer également un apprentissage de fond qui aidera tout étudiant et tout apprenti pour le reste de leur vie ? Être entre autres « efficace » s’apprend également et relève même de la survie durant les études à n’importe quel niveau1.

     Pour être efficace (certains y parviennent même SANS faire d’études), il faut apprendre à l’individu dès le départ (1) à raisonner, (2) à synthétiser, (3) à être créatif, (4) à faire preuve d’esprit critique et (5) à questionner. En d’autres termes, il faut développer chez celui qui apprend du théorique ou du pratique des habiletés cognitives2 importantes (plus qu’on ne le croît) qui sont communes à tous ceux qui s’investissent dans une « spécialité ». Il y a enfin un dernier outil à dominer qui consiste à (6) savoir rechercher l’information ...là où elle se trouve, vite et pertinente à ses desiderata.

     Pourquoi nos écoles ne nous enseignent pas ces « ficelles » essentielles pour mettre en pratique la notion d’apprentissage ? Elles sont pourtant essentielles pour le reste de notre vie ? Beaucoup auraient bien plus facile pour tout simplement apprendre !

     Reprenons ces notions qui me paraissent fondamentales surtout au départ de toute éducation :

  1. Apprendre à raisonner

    Il s’agit de déduire une réponse plausible à une analyse que l’on entreprend. C’est agir avec logique en fonction d’un fait qu’on expérimente, prendre une position réaliste face à une parole qu’on entend ou encore trouver une solution possible à un problème auquel on doit faire face.

En d’autres mots, il faut utiliser un processus qui va de soi, qui est logique, qui est réaliste pour aller d’une étape à une autre, d’un point au point suivant, d’une acquisition à une autre.

Ne pas prendre ses souhaits pour une réalité, mais chercher la façon de faire pour y accéder.

Ne brûlez pas les étapes, soyez patient, réfléchi, mais trouvez la forme d’y arriver.

Soyez tenace : qui cherche ...trouve !

C’est ce que j’appelle « avoir de la logique ».

  1. Savoir synthétiser

Il faut apprendre à résumer, voir l’essentiel, aller au principal, pour finalement n’en retenir que ce qui est le plus important.

Tout cela relève ni de la littérature, ni des mathématiques, ni d’aucune autre science, mais bien d’une approche commune à tous ces sujets, aux matières à étudier, pour ne conserver que la substance.

Ne pas s’encombrer de l’enrobage/l’apparence, de beaucoup de détails, du cosmétique (dit-on), mais détecter/voir ce qui est fondamental dans ce que l’on vous présente, capter le détail-clé du texte, retenir la leçon à en tirer, conserver la morale enseignée, l’élémentaire dans l’enseignement. C’est cela à retenir.

C’est ce que je nomme « aller à l’essentiel ».

  1. Être créatif

Être capable d’imaginer une alternative, trouver la forme de s’en sortir, aller vers une solution qui n’est pas toujours visible ou évidente, mais pouvant exister, se présenter ou figurer.

C’est vrai que l’imagination n’est pas donné à tout le monde, mais souvent un petit effort ...extra ...peut vous amener sur un terrain offrant une ou de meilleures alternatives.

Cela s’apprend contrairement à ce que l’on peut penser !

Ne pas rester inactif, faire travailler son imagination, penser tout azimut ...sans restriction, sans vous mettre des barrières (souvent fictives), oser sans complexe, rechercher la forme de surmonter l’obstacle, faire fi de toute interdiction (nous sommes au pays des interdits : ils sont fait ...pour les contourner ; au début de notre aventure, nous en avons fait la dure expérience, et à plusieurs reprises, toujours au profit des autres ...moins entrepreneurs). Ne pas avoir peur d’imaginer (cela ne fait de tord à personne) ...afin de trouver une solution.

C’est ce que j’appelle en espagnol être « recursivo » (mot parfait dans la langue de Cervantès) qui approche la notion de « sortir d’un pétrin, en faisant travailler ses méninges ». Faire l’effort de trouver une solution en remuant terre et ciel afin d’aboutir à une réponse ou une alternative réaliste.

  1. Faire preuve d’esprit critique

C’est probablement la qualité la plus importante, celle qui permet d’avancer dans la vie, car elle valide ses acquis et permet de passer à l’étape suivante.

Nous sommes malheureusement à une époque où le bourrage de crâne, le martèlement de la publicité (souvent mensongère) et les beaux discours intéressés ou trompeurs (politiques) n’aident en rien pour voir clair dans les informations que nous recevons quotidiennement.

A toute heure, bien des choses sont dites par des gens n’ayant pas toujours les bases requises ou adéquates pour en parler. Prenez le cas des voies officielles de communication (principalement, la radio et la télévision) : malgré ce qu’on peut en penser, bien peu de journalistes restent totalement intègres avec eux-même, soit par intérêt personnel, soit pour faire passer un message ou une publicité (parfois rémunérée), soit parce que l’enseignant a dit (alors que parfois il manque d’actualisation), soit encore que le boss a donné certaines directives (la plupart du temps par souci de rentabilité économique).

Dans tous les cas, il faut croiser les informations, toujours chercher la vérité, discerner le vrai du faux. Tous les jours, on est littéralement « bombardé par des « fake news » (fausses nouvelles ...dans le but d’influencer l’opinion publique). Il faut donc réagir et fréquemment être vigilant à tout ce que l’on vous annonce.

Le monde est aussi fait de gens qui aiment raconter beaucoup (trop), alors qu’ils en savent si peu sur ce qu’ils transmettent (indiscrets, fanfarons, semeurs de cisailles, influenceurs, etc.) ! On gagne énormément de croiser/comparer les informations à propos de tout ce que l’on dit. Ainsi, renseignez-vous ...avant de répéter une désinformation.

C’est ce que je nomme « avoir de la personnalité ».

  1. A questionner

Quelqu’un qui désire se spécialiser doit toujours se poser le pourquoi des choses. Dans cette perspective, il devra sans cesse avoir des réponses claires à ce qu’il ne connaît pas encore. Cela lui permettra de mieux comprendre les différentes parties d’un tout qu’il souhaite dominer.

En fait, il s’agit de cerner un secteur d’intérêt par la compréhension des moindres détails.

Par la suite, il pourra prétendre à être consulté pour la compréhension dans ce secteur particulier qu’il connaît mieux que la grande majorité.

Contrairement à ce que l’on dit en général, la « curiosité » est une qualité ...tant qu’elle n’est pas indiscrète, malsaine ou dérange les gens (surtout dans leur intimité). Que du contraire, il faut être curieux dans la vie pour en connaître un bout, pour éviter des erreurs et surtout pour se faire une meilleure idée concernant une situation ou un secteur.

C’est ce que j’appelle « avoir la curiosité positive », car elle vous conduit à des réponses qui étofferont votre curriculum vitae/background (vos connaissances).

  1. Enfin, apprendre à rechercher l’information

Il y a bien sûr des secteurs où l’on a tout intérêt à connaître de mémoire certaines bases pratiques, car celles-ci permettent généralement d’accélérer bien des prises de décision.

Je prendrai ici deux exemples :

En philosophie, certains courants avaient déjà été bien décrits notamment par certaines autorités dans l’antiquité. Il suffit de penser aux grecs Aristote, Socrate et Platon, ou encore le romain Sénèque. En lisant leurs discours, on découvre que leurs messages (à retenir) sont encore d’actualité. Ils nous aide à comprendre comment nous avons évolué au cours des siècles et comment nous devrions nous comporter dans une société plus équitable (plus juste). Ils sont indéniablement des références (à mémoriser) qui n’ont jamais pris une seule ride parce qu’ils ont osé dire des vérités universelles ...qui malheureusement dans bien des cas leurs a valu des condamnations ...jusqu’à leur ôter la vie (comme le second et le quatrième ci-dessus mentionnés). Ces vérités sont toujours enseignées dans nos écoles d’aujourd’hui !

En mathématiques, prenez l’algèbre. Il faut connaître de mémoire certaines formules impliquant le carré ou le cube de certains éléments ou expressions pour faciliter le calcul [exemples : (a + b)² =  a² + 2ab + b² ou a² - b² = (a + b) ( a – b) ou encore (a - b)3 = a3 - 3a²b + 3ab² - b3]. Cela permet de parvenir à des simplifications qui donneront la ou plusieurs solutions possibles. Donc, il y a des impératifs de connaissances préalables pour faciliter la résolution aux problèmes posés.

Toutefois, dans tous les cas, il est important de trouver les informations pertinentes pour comprendre ou solutionner des inconnues. Il est donc fondamental d’enseigner très tôt à l’individu la ou les façons de procéder afin de trouver quelques éléments pertinents pour pouvoir ensuite développer une problématique.

Beaucoup trop d’élèves/étudiants sont laissés à eux-mêmes et doivent se débrouiller sans aide. Si un petit nombre d’entre eux parviennent à trouver plus ou moins rapidement la manière d’agir (être efficace), la grande majorité a besoin d’être guidé dans leur démarche et doivent apprendre à trouver la façon de procéder pour accéder à une meilleure compréhension et poursuivre leur apprentissage avec confiance.

Aujourd’hui, les intéressés peuvent disposer d’un outil extraordinaire : il s’agit d’internet ...où le moindre détail peut-être expliqué par simple lecture ou par l’examen de nombreuses vidéos (vulgarisation). Ainsi avec du temps, les moins téméraires peuvent accéder à la compréhension.

Bien entendu, il ne faut pas se laisser distraire par toutes les tentations du net (tous ces « popup », trop souvent inutiles, qui essaient inlassablement de captiver l’œil pour bien des futilités). Toutefois, si vous avez un peu de volonté, avez un minimum de discipline et êtes réellement décidé à trouver l’explication ou la façon d’analyser une problématique, vous pouvez profiter de cette magnifique bibliothèque.

Il y a 50 ans, on ne disposait pas d’un tel service pour la bonne compréhension de bien de thèmes. Qui plus est, toutes ces explications sont la plupart du temps libres de droits ! Ceci est bien-entendu dû à des vulgarisateurs qui souhaitent partager bénévolement leurs connaissances (très beau geste de leur part) !

Savoir trouver vite et bien une source d’instruction appropriée est à mon sens vital, tout aussi important que d’apprendre par cœur bien des choses. Les moteurs de recherche sont là pour s'en servir, mais soyez précis dans la sélection. Si vous avez oubliez, pouvoir/savoir où retrouver une information pour ne pas perdre trop de temps est fondamental/essentiel dans l’immensité des communications disponibles aujourd’hui. Dans bien des cas, cela relève même du bon-sens : faire un petit effort pour mémoriser l’endroit exact/précis où vous avez déjà vu cette information. Cette gymnastique de mémoire est un exercice qui s’apprend, s’entretient et doit être pratiqué pour devenir efficace.

Donc, où trouver l’information ciblée, rapidement (sans trop perdre de temps), fait partie de la panoplie (avec les 5 autres points mentionnés plus haut) de celui qui souhaite réellement apprendre.

 

Personnellement, je trouve un peu dommage qu’on n’enseigne pas quelques leçons/cessions/cours (appelez cela comme vous voudrez) pour faire de nos étudiants des éléments plus performants ...attitude qui impactera forcément plus tard, surtout dans leur vie professionnelle !

________________________

1 Beaucoup de jeunes s’imaginent que le certificat ou le diplôme leurs donne tous les pouvoirs ou quelques droits : plusieurs ne professeront jamais dans leur formation (perte de temps et d’argent), d’autres iront vers d’autres secteurs (mieux adaptés, plus lucratifs), enfin plusieurs ne pourront pas se défendre équitablement face à la concurrence (une réalité bien triste), ...car il leurs manque d’avoir été informés sur certaines procédures que l’on ne considère pas comme faisant partie d’une matière d’instruction à part entière.

2Qui se rapporte à la faculté de connaître (Larousse) ou qui concerne l'acquisition des connaissances (Le Robert).

Quelle est le quatrième caractère du mot snczidj ?

Fil RSS des commentaires de cet article