Décryptage d'un monde mystérieux (2) - Pacifique Costa Rica

Rédigé par Aquideas Aucun commentaire
Classé dans : Formation Mots clés : emploi, poisson, crevette, bivalve

(2ième partie)

 

     Dans les années 70, l'un de nous a travaillé en Costa Rica pendant 5 ans. Dans ce pays d’Amérique Centrale, il avait prospecté pendant 3 semaines et s'était fait embauché par un scientifique allemand dans la section agricole expérimentale d'une importante entreprise semi-étatisée1.

     Une chance lui avait été offerte de pouvoir participer à des programmes piscicoles nationaux avec la coopération du ministère "Agro-pécuario" tico (Agriculture Costaricaine). C’était une société anonyme gérée par des économistes et ingénieurs agronomes qui possédait 17 fermes à travers le pays. Leurs grandes plantations exportaient des bananes qui finançaient trois centres expérimentaux orientés vers d'autres cultures innovatrices et un peu d'élevage. On y trouvait également quelques étangs laissés un peu l'abandon, car personne ne savait réellement comment les gérer convenablement. Ces centres expérimentaient des densités, traitements et les résultats était ensuite divulgués aux "campesinos" (paysans) locaux, afin d'aider cette classe de professionnels défavorisée.

     Durant les premiers mois, l'un de nous a ainsi appris (au pas de charge) l'espagnol (parlé et écrit) pour pouvoir mieux communiquer. Il a aussi découvert l'organisation de cette entreprise pour mieux gérer ses relations. De sa propre initiative, il a très vite rédigé des rapports concernant l'infrastructure piscicole des centres expérimentaux. Ses supérieurs ont apprécié les améliorations proposées qui ont été sans tarder rapportées à la "Junta directiva" (direction générale) de cette société. De nouveaux budgets ont été approuvés et en un temps record la restructuration sur le terrain a pu commencer !

     Nous nous sommes d'abord tournés vers le plus important centre où il y avait plusieurs étangs. Des bulldozers ont remodelé une retenue d'eau (petit barrage), ainsi que quelques pièces d'eau. De nouveaux bassins ont été creusés et des canaux ont complété l'infrastructure hydraulique (distribution plus efficace de l'eau). Des moines2 en ciment ont été construits et des filtres installés aux entrées des étangs. Des bassins et des tanks de sédimentation ont été mis en place afin d'obtenir des eaux plus propres. Plus tard, des bâtiments sont sortis de terre: il y eu d'abord un bureau, ensuite une remise, puis un hangar de nettoyage, conditionnement et conservation des produits de pêches (ce que l'on appelle "fish processing & conditioning" dans la langue de Shakespeare). Enfin, l'entreprise a bâti des maisons pour loger son personnel.

     Durant toutes ces opérations, nous manquions de gens de métiers. Il a donc fallu s'improviser ‘géomètre’ pour l'inclinaison des canaux et le fond des étangs, ‘architecte’ pour les nombreux bâtiments, ‘administrateur’ pour les fonds octroyés, ‘gestionnaire’ pour la logistique et plus tard ‘commercial’ en matière de prospection et pour les ventes. Toutes ces activités avaient été très prenantes et fort enrichissantes, mais l'infrastructure piscicole avaient aussi été mise en place en l'espace d’à peine deux années !

     Vint ensuite la mise sous eau de tous ces bassins. Puis, il fallut conditionner des géniteurs dans certains étangs protégés contre les prédateurs, ensuite assurer la production d'alevins (poissons) et de post-larves (crevettes). On a alors commencé à incorporer plusieurs sous-produits (by-products) de cultures disponibles dans l'alimentation des poissons comme les carpes et tilapias. Puis, on a introduit des crevettes de rivière et de grands bivalves d'eau douce (du genre Anodonta). Des productions associées ont été étudiées, notamment avec des canards (du genre Khaki Campbell) et un lieu d'incubation a été établi pour reproduire des "lagartos" (petits crocodiles d'1m50 de long) endémiques à cette zone des Caraïbes humide et chaude.

     Cela nous a permis de mettre en pratique nos notions de mathématiques, hydrauliques, résistance de matériaux, biologie, économie et bien d'autres encore ...toutes aussi intéressantes les unes que les autres ! Ce fût réellement une période très riche en contacts professionnels et échange de connaissances sur le terrain.

     La compagnie ne s'arrêta pas en si bon chemin: elle fit venir un technicien expérimenté d'une organisation internationale travaillant dans une autre région du pays. N’oubliez pas que nous étions sur des programmes d'intérêt national en relation avec le ministère. Au début des années 80, la société bénéficia ainsi de nombreux accords de coopération internationale en matière d'assistance technique. Il y eut plusieurs visites importantes et quelques séjours prolongés de spécialistes venus de Taïwan, des Philippines, Afrique du Sud, Israël, USA, Brésil et Panama ...pour n'en citer que quelques uns. Nous apprenions très vite, car non seulement tous ces professionnels nous montraient leurs savoir-faire, mais nous assimilions de nouvelles techniques.

     Nous avons ainsi pratiqué répétitivement la reproduction d'espèces aquatiques montrant un réel intérêt commercial. Les tilapias et carpes communes se reproduisaient naturellement tout en contrôlant leur programmation. Nous avons réalisé des maturations artificielles des gonades3 par hypophyse4 chez les carpes chinoises (comme l'herbivore, l'argentée et la fangeuse). Beaucoup plus délicat encore, nous avons obtenu en conditionnement contrôlé (écloserie) des post-larves de crevettes géantes de rivière (Macrobrachium rosenbergii).

     L'entreprise a décidé ensuite d'envoyé celui qui travaillait là-bas pour développer une seconde station piscicole se trouvant dans une région encore plus isolée. Il fallait des heures pour y accéder et la jeep devait parfois traverser (dans l'eau) le lit de plusieurs rivières (aujourd'hui, il existe plusieurs autoroutes qui relient cette belle province à d'importantes villes ...dont l'une traverse en son flanc un ancien volcan). Souvenir tout cela ! Comme disent certains, c'était le bon vieux temps...

     Au bout de deux nouvelles années, cette station piscicole est devenue un modèle pour la production de tilapias (probablement le plus important poisson élevé en eaux tropicales). Des rendements stables ont été constatés dans des étangs dont la superficie variait de 500m2 à 5.000m2.

     L'assistance technique aux "campesinos" (paysans-agriculteurs) était importante et il fallut créer quelques modestes retenues d'eau pouvant alimenter, dans chaque cas, un ou deux petits étangs. Ces réalisations étaient souvent creusées à la pelle ...avec beaucoup de travail ! Mais il y avait de l'intérêt et parfois beaucoup d'ingéniosité. Ainsi, chez un de ces bénéficiaires très isolés, on a même trouvé une petite hélice (au bout d'un long tuyau réductionnel) en aval de la vidange de son étang qui générait de l'électricité pour sa consommation domestique ...un système qu'il avait trouvé dans une vieille encyclopédie de technologies qu'il possédait !

     L'entreprise commença à fournir des alevins5 aux agriculteurs possédant ces étangs et une coopérative fut créée pour écouler les produits marchands.

     Enfin, une nouvelle page s'inscrivit avec la construction de fumoirs. Notre technicien expérimenté nous instruisit sur toutes les étapes à réaliser pour obtenir un fumage de qualité: il fallait d'abord saler les poissons, puis les sécher, ensuite les enfumer pendant des heures et enfin assurer leur conditionnement pour pouvoir les transporter. L'avantage de cette technique est qu'elle permet de conserver un peu plus longtemps la chair délicate du poisson.

     Il a fallu ensuite prospecter auprès des commerçants locaux afin d'évaluer son acceptation et la production à écouler, car c'était alors un produit inconnu dans la région. En effet, la zone était exclusivement orientée vers le bétail (bovidés) et les consommateurs n'avaient que rarement l'habitude de consommer du poisson.

     Quel ne fût pas notre étonnement de constater que la commercialisation de poissons fumés était un véritable succès ! Au bout de quelques mois, la quantité de tilapias fumés ne suffisait déjà plus à la demande ! On fournissait aux petites échoppes, à plusieurs consommateurs privés ayant un petit congélateur, aux cantines et restaurants populaires proposant des menus innovateurs et même aux marchés locaux dans de petits villages qui nous prenaient déjà du poisson frais.

     Voilà comment dans une région éloignée de toute grande ville, un produit NON-traditionnel est devenu partie intégrante d'une consommation hebdomadaire !

     Par la suite, il a été impératif d'en assurer le suivi régulier, afin de pérenniser l'opération commerciale. Créer le besoin était bien, mais produire en quantité pour répondre à la demande était encore mieux. De plus, il fallut perfectionner la méthode par souci d'hygiène afin de ne pas décevoir la clientèle.

     Cette activité a aussi contribué à assurer un bien-être de santé sous forme de protéines et graisses plus saines (apport d'acides gras polyinsaturés) pour une population vivant dans une région retirée.

     L'entreprise s'est ensuite tourné vers les collèges/lycées "agropécuarios" (agricoles) et attira l'enseignement supérieur (technologique et universitaire) déjà établit dans d'autres régions du pays. Nous avons organiser des journées informatives durant lesquelles beaucoup d'autochtones venaient écouter avec une grande attention l'essentiel des pratiques piscicoles. En leurs présences, on récoltait au filet un étang et cela avait bien-entendu un impact ! La journée se terminait toujours par une dégustation des produits de la pêche du jour ...qui s'appréciait lorsque les poissons étaient bien dégorgés6. A partir de tels événements démonstratifs, beaucoup s'intéressaient par la suite à la filière, convaincus par les résultats visuels et gustatifs. Plusieurs stagiaires réalisèrent la pratique de leur travail de fin d'études. Cela a aussi suscité par la suite quelques vocations de plus !

     Des échanges se sont créés, des amitiés sont nées, des rendements ont été atteints et le niveau de vie dans la région s'est considérablement amélioré. L'entreprise apportait une nette amélioration sans aucun doute au gens de la région par la diversification dans leurs ressources alimentaires !

     Comme vous pouvez le constater, nous étions sur tous les fronts avec l'avantage d'acquérir une expérience unique. Lorsqu'on n'a que 25-30 ans, il s'agit réellement d'une aubaine de pouvoir évoluer dans le secteur vers lequel on se destine ! Mais un des résultats fut de constater que ce sont souvent les hommes et les femmes qui stimulent pareil développement de par leur dynamisme et intérêt dans l'accomplissement de leurs tâches.

     Mais pour celui qui se trouvait en Costa Rica de 1977 et 1982, des connaissances plus approfondies et une logique d'interprétation dans ce secteur très particulier commençaient à manquer cruellement. C'est à cette époque qu'il fallait réinvestir dans des études académiques plus ciblées. Mais où les suivre ? Lorsqu'on est rentré de plein pied dans le monde du travail, le choix à faire est plus dur, car non seulement il s'agit de "dépenser" (non plus de "gagner") de l'argent, mais il faut aussi être certain de pouvoir suivre et surtout réussir ce que l'on souhaite entreprendre ! Avec cette première expérience, on n'a plus forcément envie de perdre beaucoup de temps à des notions trop "théoriques". On aspire plutôt à apprendre très vite des techniques qui servent, qui se veulent pratiques, avec des professionnels ayant les deux pieds sur terre ...pouvant transmettre leur savoir sous forme logique et claire. L'expérience dans les années qui suivirent nous le démontra, surtout ...dans l'éducation supérieure !

     Ceci fera l'objet de la prochaine étape d'un apprentissage des plus enrichissants.

___________________________________

1  Autonomie propre avec des capitaux privés et des fonds du gouvernement (participation aux programmes nationaux).

2  Sortie contrôlée de l'eau des étangs.

3  Organe de reproduction chez les animaux.

4  Organe neuro-glandulaire (glande endocrine dans la tête du poisson) possédant trois lobes dont le central (glande pituitaire) secrète des hormones agissant sur le système de la reproduction.

5  Jeunes poissons.

6  Ayant séjourné un temps dans une eau propre pour évacuer la boue que le poisson aurait pu avaler lors de sa capture.

Quelle est le deuxième caractère du mot rh4yc ?

Fil RSS des commentaires de cet article