La peau de poisson

Rédigé par Aquideas Aucun commentaire
Classé dans : Poissons Mots clés : aucun

Que voyez-vous sur cette photo ?

     Avec la peau de poisson, on revête des chaussures, des sacs à main, des portefeuilles ou porte-monnaie.

On fait des bracelets de montre, bijoux, ballon et cette peau particulière peut également servir pour la confection de bottes, manteaux ou gants.

     Par leur aspects raffinés, tous ces objets luxueux séduisent de plus en plus une grande clientèle, avide d’élégance et de résistance (durabilité/solidité). De plus, les articles en peau de poisson existent dans une grande variété de textures grâce à la diversité des espèces de poissons principalement marins, mais également d’eau douce.

     Selon certains professionnels, le cuir de poisson est une matière noble et bien plus résistant que celui de bovin du fait de sa structure en fibres croisées.

     Recycler à outrance pour rendre notre planète plus vivable n’est pas le soucis d’une bonne partie de ses habitants. Pourtant, nos ancêtres (comme les indigènes Nanais en Sibérie ou les peuplades anciennes au nord de l’Afrique) avaient déjà des techniques pour remettre en circulation bien des “déchets” au moyen de techniques simples. Celles-ci découlaient simplement de l’observation, du bon-sens et de la logique après analyse. Ils tannaient uniquement avec des extraits de plantes, comme le henné1 ou l’écorce de certains arbres. Le monde moderne ne fait que redécouvrir ces méthodes qui demandaient un peu d'efforts physiques (cueillette, trempage, lavage, séchage, assouplissage et couture) ...en prenant le temps évidemment ...et c’était résistant !

     Heureusement, une partie de l’humanité prend maintenant conscience des bienfaits de cette démarche éco-responsable qui pourrait bien un jour bannir les produits chimiques ...qui font tellement de tord à la terre, nos rivières, aux plantes, animaux et humains. Ils reprennent petit à petit des pratiques d’antan ayant fait leurs preuves à travers le temps, car de nos jours il devient urgent de remédier à autant de pollution.

     C’est dans ce contexte que de nombreuses peaux de poissons, traditionnellement jetées au rebut, deviennent un véritable trésor pour quelques privilégiés ...encore trop peu nombreux.

     Mais comment procède-t’on pour rendre plus solide et à la fois flexible une telle peau pouvant être utilisée comme cuir ?

     Voici l’essentiel en ce qui concerne l’ancienne méthode artisanale pour obtenir une peau de poisson pouvant être utilisée par la confection:

  1. Collecter des peaux de poisson [sole, merlan, requin, saumon, esturgeon, bar, tilapia (première photo de l'article), carpe, poisson-chat, etc.], soit par vous-même, soit en demandant à un cheur, un poissonnier ou un industriel du poisson qui jette habituellement ses peaux. Si vous n’avez pas le temps de les travailler tout de suite, vous pouvez parfaitement les congeler pour un usage ultérieur.

  2. Ôter l’excès de chair de la peau avec un couteau à dépiauter/dépecer (idéalement en os ou silex).

Trop tranchant, il pourrait entailler/abîmer la peau.

  1. Tremper la peau du poisson dans une solution saline durant plusieurs jours.

  2. Enlever les écailles (l’étape la plus délicate/difficile) manuellement ou au moyen d’un agent chimique dont la composition est en général jalousement gardée par le fabricant.

  1. Bien laver ensuite la peau afin d’éliminer huiles et matières biologiques indésirables. Frotter doucement. N'utiliser que de l’eau froide ou tiède.

  2. Saupoudrer la peau avec une saumure marinée pour une durée allant jusqu’à 2 ans. Cela préserve la peau sans réfrigération en attendant de pouvoir la travailler.

  3. Broyer l’écorce de l’arbre à gomme australien, de chêne, châtaigner, mimosa (racine) ou épinette, pour ne prendre que quelques sources contenant de l’acide tannique. Vous obtiendrez ainsi une solution non toxique pour tanner. Vous pouvez également utiliser une solution synthétique. Insister longuement sur cette étape en pressant la solution dans tous les pores et en tirant sur le cuir pour être sûr d’obtenir les qualités souhaitées. Si vous utilisez une solution synthétique, suivez bien les instructions du fabricant.

  4. Sécher le cuir en le pressant entre des linges (vếtements), de la même façon que si l'on réalise un herbier. Une autre façon de procéder est de tendre (épingler) le cuir par ses bords (coins) sur un cadre. Mais un cuir de poisson peut également être séché délicatement au moyen d’un fer à repasser.

  5. Glacer votre peau de poisson si vous souhaitez la rendre imperméable et durable (pour cela, il faut utiliser des cires, des résines et/ou des polymères.

  6. Lorsque votre cuir est prêt, il peut être poli pour une finition plus lisse (douce).

Note: si vous utilisez des produits industriels, suivez toujours les instructions de sécurité du manufacturier/fabricant (par contact, on peut avoir des effets indésirables sur la peau, les yeux et la respiration).

     En ce qui concerne les conditionneurs commerciaux, il y en a qui traitent le cuir avec des huiles spéciales pour le rendre plus doux, flexible et fort. Ces émulsions sont formulées pour être absorbées par les fibres du cuir afin d’obtenir le pH approprié.

     Au bout d’un certain temps, il faudra renouveler ce traitement afin de ne pas détériorer le cuir (rigidité, dureté et possible craquement). Un des plus vieux produit est connu sous le nom de Lexol. Il contient des huiles similaires aux originales utilisées en tannerie qui sont non-toxiques (sans solvants), exemptes d’odeurs, non-inflamables et qui ne vont pas irriter votre peau et le cuir. l’avantage est que le Lexol ne laisse pas de taches graisseuses pour la finesse de ses particules (plus petites que celles du cuir).

     Mais si vous souhaitez faire votre propre solution d’entretien, ajoutez une part de vinaigre à deux parts d’huile de pépins (graines) de lin qui peut être substituée par de l’huile vierge d’olive. Mélanger le tout dans un pot à couvercle, en refermant le couvercle et en agitant bien le pot. Appliquer cette solution sur le cuir avec un linge propre ou un pinceau et laissez-le ainsi toute une nuit, ensuite polir le cuir avec un chiffon propre.

Quelques petits détails complémentaires:

  • Les peaux de poisson se traitent comme n’importe quel autre animal à la différence qu’elles n’apprécient pas les températures élevées. Par conséquent, elles ne sont pas aptes pour être bouillies ou pour être trempées dans une eau très chaude.

  • Parfois, le procédé inclut de la cervelle ou des jaunes d’œufs à la place ou en association avec de l’huile végétale (comme le tournesol), les deux premiers servant de matière active. Il faut laisser la peau dans cette solution pendant 24h, ensuite rinser à l’eau froide ou tiède et essorer.

Solution à base d'oeufs

 

Lavage à l'eau tiède

La peau est séchée

Protection en peau de poisson sur un mobile (saumon ventral)

  • Le fumage à froid (à basse température; voir article publié en mai 2020) permet d’imperméabiliser la peau de poisson. Toutefois, par ce traitement, elle a tendance à devenir plus transparente, convenant plus pour réaliser par exemple un abat-jour (pas pour l’élaboration d’un vêtement).

Références:

  • cuirdepoisson-creations.com

  • ecoworldonline.com

  • ehow.com

  • hunebednieuwscafe.nl

  • jnbfoods.com

  • julesjenn.com

  • lessoeursboa.com

  • yabiladi.com

_______________________________________

1 Arbuste épineux tropical dont les feuilles sont utilisées comme colorant (tatouage) et qui traditionnellement octroie certaines vertus médicinales.

Quelle est le cinquième caractère du mot lm5c70 ?

Fil RSS des commentaires de cet article

↓