Réflexion sur la manière de gérer un biotope aquatique

Rédigé par Aquideas Aucun commentaire
Classé dans : Méthodologie Mots clés : aucun

  

     Lagune (Iles Salomon)                                        Lac (Croatie)

     Pour évaluer des ressources de pêches en lac ou lagunes, on utilise généralement une des deux méthodes suivantes : la prospection ou la gestion des ressources.

     Pour ce faire, il faut pouvoir :

  • D’abord, tenir compte des moyens techniques à mettre en place ;

  • Ensuite, évaluer les moyens humains à mettre en œuvre ;

  • Puis, tenir compte des enjeux économiques ;

  • Également, considérer les objectifs à atteindre :

  • Faut-il favoriser une espèce en particulier étant donné son potentiel ?

  • Faut-il plutôt chercher à développer harmonieusement un ensemble d’espèces ?

  • Bien sûr, examiner les aspects liés à la biologie des stocks ; et

  • Enfin, connaître les caractéristiques du milieu pouvant limiter l’usage de la méthode considérée.

     Toutefois, la mise en œuvre des méthodes décrites n’a pas de sens si l’on ne dispose pas de données sur les captures et sur l’effort de pêche1 pour pouvoir vérifier l’efficacité des mesures proposées et justifier la méthode choisie pour la gestion des stock.

     Lorsqu’il n’y a pas de données sur les captures, il n’y a que les méthodes de prospection qui peuvent être utilisées. On peut toujours évaluer des indices de production spécifiques aux systèmes lagunaires (comme le propose Léger - Huet pour les eaux douces2) dont la réalisation technique est relativement rapide. De même, on peut obtenir quelques paramètres intéressants d’organisation des communautés de poissons, sous certaines conditions, afin d’aboutir à de tels indices.

Références :

  • FAO : documentation sur la pêche hauturière

  • geoconfluences.ens-lyon.fr

  • peche.ifremer.fr

___________________________

1 L’effort de pêches (fishing effort) est la « mesure » de l’activité de pêche dans un secteur maritime donné. Il prend en compte (1) le temps de pêche, (2) le nombre de navires impliqués, (3) leur puissance, (4) leurs caractéristiques, (5) les engins utilisés, (6) leur efficacité et (7) la distance parcourue pour atteindre la zone de pêche. Pour respecter un quota (une quantité maximum à pêcher, il faut adapter cet effort à la capture de l’espèce ou des espèces considérées. Il peut se faire en diminuant (a) le nombre de navires impliqués, (b) la taille des engins, et/ou (c) le temps d’activité, avec des conséquences économiques qui diffèrent selon les choix effectués.

2 FAO : Assessment of fisheries and fish stocks in rivers (Réf. Méthode Leger - Huet's / During their studies on fishery resources of the rivers in Belgium and Northern France, Leger and Huet were able to formulate a valuable generalization as zonifications of running waters in temperate Europe).

Quelle est le troisième caractère du mot q7vc0 ?

Fil RSS des commentaires de cet article